Lightsaber Academy, Translations

La Communauté du Sabre Laser: En Francais

translated by

Alexandre Prévoteau Académie de Sabre Laser – Reims

L’Académie de Sabre Laser, le sabre et sa communauté.

La communauté de pratiquants de combat au sabre laser n’a pas cessé de s’agrandir depuis quelques années. Il est parfois difficile de bien comprendre tous les tenants et les aboutissants de ce nouveau loisir. Il convient donc d’expliquer ce qu’est le combat au sabre laser, quels en sont les pratiquants et surtout sur quelles méthodes est basé son enseignement. Pour cela, il sera nécessaire d’aborder brièvement les « 7 formes » de combat au sabre laser. Les débutants pourront ainsi mieux appréhender le large contexte qui a permis la création de cette nouvelle pratique sportive.

L’arme la plus élégante.

Le sabre laser est bien sûr une arme de fiction. La deuxième arme la plus populaire après le fameux revolver des incontournables westerns. Il occupe une place particulière dans le cœur de la plupart des cinéphiles. Depuis la sortie de STAR WARS en 1977, sa popularité et sa place dans la culture moderne sont devenues immenses. Il est devenu l’épée « magique » ultime, une arme à la fois archaïque et futuriste.

Depuis toutes ces années, plusieurs tentatives ont essayé de donner vie à cette arme légendaire. Dans un premier temps, il y a eu « The Force Beam », une arme à l’aspect plutôt basique, qui n’était rien d’autre qu’une lampe torche avec une lame en plastique collée à celle-ci. Plus officiellement, le tout premier sabre laser STAR WARS mis sur le marché, avait une lame gonflable et lui aussi, un manche formé d’une lampe de poche, orné d’autocollants figurant les logos et noms officiels du fabriquant. Plus tard, des lames extensibles en plastique translucide, des poignées plus proches des styles des films, et enfin des lames vraiment lumineuses pour les modèles haut de gamme, ont été créées. Aujourd’hui, dans n’importe quel magasin de jouets, chacun peut trouver différents modèles de sabres laser, à des prix plus ou moins abordables en fonction de l’activité à laquelle ceux-ci seront destinés.

En parallèle, dans le domaine des répliques d’armes, le sabre laser a subi d’autres transformations importantes depuis un certain nombre d’années. Grâce aux nouvelles technologies, aux nouveaux matériaux et aux progrès de l’électronique, des industriels et certains fans bricoleurs sont parvenus à créer des sabres laser très réalistes, capables de reproduire les sons et sensations de ceux utilisés dans les films. Des armes permettant à leurs utilisateurs de se livrer à des confrontations ludiques, chorégraphiques et sportives.

0

L’arme.

This image has an empty alt attribute; its file name is skitched-20141128-152333.jpg

Les sabres laser de combat sont constitués d’une poignée contenant une LED de couleur variable qui diffuse une lumière dans une lame en polycarbonate. On est bien loin des idées véhiculées dans les films, jeux vidéo ou autres supports qui parlent de propriétés physiques, à ce jour, purement fictives. Le système TPLA se préoccupe avant tout de l’utilisation pratique des sabres, même si généralement ceux-ci sont utilisés dans un cadre « fantastique » et imaginaire. Ces sabres sont assez simples de conception et relativement abordables en termes de prix notamment pour ceux d’entrée de gamme. Bien construits et plutôt solides, leur durée de vie peut être très longue. Pour les potentiels acquéreurs ayant un budget conséquent, il existe des gammes de sabres laser « personnalisables », où chacun peut choisir pièces, couleurs, formes, généralement présentées dans des catalogues bien remplis.

La poignée.

This image has an empty alt attribute; its file name is 3392b10a3f5302b4641e7eacefa9ab4b.jpg

La poignée ou manche est la partie la plus importante de l’arme. Sa construction peut être très simple. En général, le sabre laser de combat d’entrée de gamme est une simple poignée façonnée dans un tube en aluminium usiné, contenant une LED, un interrupteur et une batterie d’alimentation énergétique. Certains sabres plus perfectionnés sont équipés d’une carte son, d’un haut-parleur pour le diffuser et parfois d’un port de recharge.

This image has an empty alt attribute; its file name is Redeemer17.jpg
This image has an empty alt attribute; its file name is twins5_orig.jpg
This image has an empty alt attribute; its file name is alien8.jpg

Grâce à une ingénierie remarquable, tous les composants nécessaires à un sabre fonctionnel s’intègrent parfaitement dans une poignée de taille raisonnable permettant une utilisation plus aisée de l’arme. Les possibilités de réalisation sont immenses avec un point de départ aussi simple qu’un tube creux en aluminium. En résulte d’un côté, les poignées dites « standard », comme on en trouve chez la plupart des fabricants à des prix abordables, et d’un autre côté, les poignées « personnalisées », modelées et réalisées à la demande des acheteurs. Parfois, les poignées « standard » sont personnalisées par les utilisateurs eux-mêmes et deviennent ainsi, inappropriées au combat sportif, très souvent à cause d’ajouts matériels sur la surface de la poignée qui empêchent une bonne prise en main de l’arme et peuvent causer de légères blessures. Dans les films, les accessoires originaux étaient souvent volumineux et lourds puisque assemblés à partir de matériaux de récupération choisis au hasard des trouvailles de leurs créateurs. A la sortie de la prélogie, en 1999, l’esthétique et l’ergonomie des sabres laser ont commencé à devenir un élément incontournable de leur design et ont permis une utilisation plus fonctionnelle de ceux-ci. A titre d’exemple, si on compare le sabre laser utilisé par Obi-Wan dans l’Episode IV et celui qu’il utilise dans l’Episode III, les différences sont notables. Les matériaux sont plus légers, moins volumineux et visuellement plus agréables à l’écran. Pourtant, les poignées originales de la première trilogie restent les plus populaires et les plus recherchées, même si elles sont beaucoup moins adaptées au combat sportif au sabre laser.

La lame.

Les lames des sabres lasers de combat sont parfaitement adaptées à une utilisation sportive notamment par la grande maniabilité qu’elles leur procurent. Le matériau principal est généralement le polycarbonate, auquel on ajoute une matière réfléchissante et un embout pour stopper le flux lumineux. Les lames peuvent être de longueur et d’épaisseur variables : les lames HEAVY GRADE sont plutôt épaisses et lourdes, les MID GRADE plus fines et plus légères. Généralement, le diamètre extérieur de la lame est d’1 pouce, soit 2.54 cm, la norme principale utilisée par la majeure partie des fabricants. Pour les exceptions, il existe des adaptateurs qui permettent d’insérer d’autres diamètres de lame dans les poignées dites « standard ». 

Les lames en polycarbonate sont incroyablement résistantes. Les MID GRADE pourraient plier et se briser dans des conditions de combats violents, alors que les HEAVY GRADE résistent à tous types d’assauts. Les deux sortes de lames sont malgré tout légèrement flexibles, notamment pour amortir les coups lors de la réalisation de parades.

Lors d’un combat, les lames ont peu de chances de se briser, même si la base et l’embout sont plus vulnérables que le reste. En ce qui concerne la base de la lame, la raison pour laquelle l’emplacement où la lame et l’émetteur se touchent est vulnérable est double. En premier lieu, la lame est en appui sur l’émetteur ce qui provoque une concentration d’énergie. En second lieu, les vis qui permettent le maintien de la lame dans le pommeau la déforme petit-à-petit, ce qui augmente inévitablement l’écrasement et donc la fragilité de celle-ci. Pour l’embout, souvent ceux-ci se détachent du tube parce que le matériau utilisé pour les fixer ensemble n’est pas adapté. En effet, souvent l’embout est plus solide que la lame elle-même et lorsque celle-ci se plie, lui ne le peut pas, d’où la formation de fissures au niveau du lien entre les deux. Aujourd’hui la plupart des fabricants ont essayé d’autres méthodes, mais rien de révolutionnaire n’a été trouvé pour le moment.

La Communauté du Sabre Laser.

Au fur et à mesure que les avancées technologiques contribuaient au développement des sabres laser de combat, de plus en plus de gens se sont regroupés au sein de clubs afin de les tester dans des affrontements de plus en plus sportifs. En parallèle, d’autres groupes aux origines et parcours différents ont émergés pour, dans un premier temps, reconstituer les combats vus dans les films, et ensuite, créer leurs propres chorégraphies.

Initialement perçu comme un jouet, le sabre laser est, peu à peu, devenu une arme. Il n’en fallait pas plus pour que des spécialistes des arts martiaux commencent à s’intéresser à cette nouvelle discipline. Dès lors, de nombreux groupes ont proposé différentes utilisations du sabre laser, créant plusieurs disciplines dans un seul et même sport. Aujourd’hui, le combat au sabre laser connait un développement majeur et sa base de fans n’a jamais été aussi grande. Plusieurs méthodologies d’apprentissage ont été développées avec malgré tout, quelques bases identiques. 

New York Jedi.

Les Jedi de New York sont les ancêtres des premiers « clubs » de combat au sabre laser. Bien que d’autres groupes pratiquant le combat chorégraphié existaient antérieurement, les NYJ sont les fondateurs de la communauté des pratiquants de combat au sabre laser. Au départ, ils n’étaient pas un club de sport, ni une compagnie artistique, mais simplement un regroupement de fans passionnés par l’arme et l’univers STAR WARS. Grâce à leur site Web influant « SaberWars » et leur forum aujourd’hui disparus, ils ont permis la création de plusieurs autres groupes à leur image dans l’Est des Etats-Unis.

NCSCS et Golden Gate Knights.

Pendant ce temps, sur la côte ouest, près d’Hollywood et du Skywalker Ranch, deux jeunes artistes intrépides combinaient leur expertise des arts martiaux et de l’escrime dans un système codifié, pour la création de chorégraphies de combat au sabre laser. Matthew “Novastar” Cauraddo (escrimeur) et Mark “Caine” Preader (instructeur d’arts martiaux) ont ainsi créé et enseigné les techniques de leur système appelé NCSCS ou “Novastar and Caine Saber Combat System”, encore existant aujourd’hui.

Cauraddo est également un pionnier d’une grande partie de la technologie des sabres utilisés aujourd’hui, notamment dans le domaine du son et de l’électronique. Des groupes comme « The Golden Gate Knights » se sont formés sous la direction et la tutelle de Novastar et organisent toujours des cours hebdomadaires de chorégraphie et d’autres activités liées au combat au sabre laser.

Ludosport.

En Europe, un groupe appelé Ludosport est la première structure à avoir créé une version sportive du combat au sabre laser. En s’éloignant des premiers rassemblements d’individus plutôt axés sur la partie chorégraphique de la discipline, Ludosport a vraiment matérialisé la première tentative de création d’un sport codifié, respecté et professionnel.

Le fabricant de jouets HASBRO leur a même demandé de créer « ForceClash », des vidéos de combats chorégraphiés réalisées en public à travers l’Italie. Le succès a été immédiat et elles ont constitué une bonne base de travail pour les 7 formes de combat, notamment auprès des fans.

FightSaber Asia.

« Fightsaber » est un groupe créé à Singapour en 2010. Il se concentre principalement sur des spectacles de qualité alliant cosplay et chorégraphie. Au fil des ans, la Malaisie et l’Indonésie sont devenues un des groupes les plus importants de la communauté du combat au sabre laser. Toujours au plus près de l’actualité, « Fightsaber » fait une promotion engagée et soutenue de tout ce qui touche à l’univers STAR WARS. Ses membres se produisent régulièrement dans des grands lieux touristiques, des parcs d’attractions, des avant-premières de films et d’autres événements associés à l’univers STAR WARS. Ils peuvent également se vanter d’être un des seuls groupes de fans aujourd’hui reconnus par Lucasfilm LTD.

Saber Smiths.

La communauté « Saber Smiths » se constitue des principaux fabricants de l’arme utilisée pour les combats au sabre laser. Au début, ils se contentaient de créer des répliques des armes vues dans les films, principalement destinées aux concours de cosplay et aux collectionneurs. Malheureusement, on ne sait pas qui a fabriqué le premier sabre laser de combat. Aujourd’hui, il existe tellement de fabricants qu’il est impossible d’en dresser une liste exhaustive, mais la plupart sont facilement retrouvables sur internet. Plus les technologies ont progressé, plus les constructeurs ont innové et amélioré leurs produits afin de répondre toujours plus précisément aux rêves des fans.

Il existe actuellement des fabricants de sabre laser pour tous les budgets et toutes les envies, allant du simple tube lumineux à la réplique exacte. 

Internet et la Communauté du Sabre Laser.

Avec tous ces groupes et leurs différentes approches de la discipline, il est logique de se demander comment trouver des clubs, des structures qui pratiquent le combat au sabre laser. Heureusement, une grande majorité des membres de cette nouvelle communauté possède des supports en ligne, aussi bien sur les réseaux sociaux que sur des forums, blogs ou autres, qui permettent le partage et les échanges d’informations.

Au départ, les forums en ligne étaient l’endroit privilégié pour les rencontres et échanges entre pratiquants de combat au sabre laser. C’est principalement grâce à cet outil que la communauté du sabre laser a vu le jour. Plus précisément, c’est surtout grâce au forum aujourd’hui disparu, « Saber Wars », qu’elle a pris son envol. A l’époque, ce forum était le lieu incontournable pour tout fan de combat au sabre laser. Il permettait de trouver toutes sortes d’informations, d’échanger et de se transmettre les savoir-faire entre personnes de groupes différents, malgré des distances « physiques » de plusieurs milliers de kilomètres.

A mesure qu’il devenait de plus en plus populaire, d’autres forums ont vu le jour avec pour objectif de mettre fin à cette hégémonie. Les fabricants de sabre, entre autres, ont proposé leur propre forum de discussion et de partage d’information. Les forces en présence se sont donc lentement éparpillées et ont rendu, après quelques années, le forum « Saber Wars » obsolète et vide de tout contenu.

Les réseaux sociaux.

À l’heure actuelle, les réseaux sociaux ont pratiquement causé la disparition des forums et sont devenus le principal outil de communication de la communauté des pratiquants de combat au sabre laser. La raison est simple : ils sont un moyen d’accès facile et rapide à l’information et ils permettent à chacun de discuter librement, sans avoir besoin de modérateurs ou d’administrateurs. À noter que Facebook est le principal moyen de communication des membres de la communauté. Ils profitent en effet de tous les moyens mis en place par le réseau pour discuter, effectuer des réunions en « live », organiser des meetings IRL et parfois même répondre directement à des questions techniques en utilisant les expériences des uns et des autres.

YouTube.

YouTube est la principale source d’information de la communauté. Elle permet à chacun de percevoir la réalité du combat au sabre laser et les intérêts de cette nouvelle discipline. Sur YouTube, on peut trouver toutes sortes de tutoriels, démonstrations, shows chorégraphiques et autres fans films à propos du combat au sabre laser. Une majeure partie des représentations physiques des différents styles de combat au sabre laser est extraite de vidéos YouTube, telles que les vidéos de « ForceClash » mentionnées précédemment. Grâce à celles-ci, les membres de la communauté ont pu apprendre les techniques et partager leurs idées à propos du combat au sabre laser, même lorsqu’ils se situaient aux quatre coins du monde. C’est une des principales forces de la communauté internationale des pratiquants de combat au sabre laser. Le système TPLA est très présent sur YouTube, qui est un moyen d’accès gratuit aux informations concernant cette nouvelle discipline.

Les sept formes.

Toute personne passant beaucoup de temps au sein d’un club membre de la communauté des pratiquants de combat au sabre laser a inévitablement entendu parler des 7 formes de combat au sabre laser. Les informations à ce sujet sont nombreuses et parfois discutables, certains vantant aussi bien leurs mérites que leurs limites. Actuellement, de nombreuses écoles, dont celles du système TPLA, les enseignent et les utilisent comme bases pour l’apprentissage du combat au sabre laser. 

Que sont vraiment les sept formes ? Voilà une question à laquelle il est très difficile de répondre.

L’histoire des sept formes de combat au sabre laser ne provient d’aucun film, mais d’un article publié le 13 septembre 2002 dans le magazine Star Wars Insider, intitulé « Fightsaber : Jedi Lightsaber Combat », écrit par David West Reynolds, un escrimeur, et Jack “Stelen” Bobo, consultant en chorégraphies de combat de film. Cet article est la première vraie incarnation du concept des sept formes de combat au sabre laser, puisqu’il présente les caractéristiques de base de chacune des formes, qui les suivront tout au long de leur développement.

Après sa création, le concept a peu évolué et s’est uniquement développé autour des différentes interprétations qu’en ont fait les « fanbases » des quatre coins du globe. Les premiers développements ont pour principale origine les jeux de rôle et jeux vidéo en lien avec l’univers STAR WARS, ceux-là mêmes qui ont généré bon nombre des idées préconçues erronées sur les sept formes de combat. Peu après, d’autres sources sont apparues, notamment les livres “The Jedi Path” et “The Book of Sith”, deux titres très populaires et très connus des membres de la communauté, qui contiennent à eux seuls ce que beaucoup considèrent comme la « vraie » structure de base des sept formes de combat au sabre laser.

Les descriptions des sept formes sont nombreuses et il existe tout un tas d’écrits à leur sujet. Le site Web Wookiepedia est une excellente source d’informations qui rassemble et met en lien les différentes données à propos de ces sept formes. Wookiepedia est un site « Wiki » créé et régulièrement mis à jour par des fans qui contient toutes sortes d’informations à propos du Star Wars Universe. Il réunit toutes les sources d’informations qu’il peut trouver et les répartis dans deux catégories : les données « Canon » et les données « Légendes ». L’univers dit « Canon » regroupe tout ce qui, dans les films et les émissions de télévision, a été accepté par LucasFilm et les scénaristes, comme faisant partie de la l’histoire « officielle » de STAR WARS. L’univers « Legends » à l’inverse désigne l’énorme quantité de médias externes produits avec le nom et à partir des scénarii principaux de Star Wars, mais non reconnus comme continus à ligne officielle validée par LucasFilm. Dans cette classification, les informations proviennent de nombreuses sources différentes et ne concordent pas. En effet, certains auteurs avaient des idées très différentes sur les histoires parallèles aux films et les fans les plus aguerris ont dû déployer des efforts considérables pour créer un semblant de cohésion dans les nombreuses lectures disponibles.

Enfin, il est à noter que, pour compliquer un peu plus les choses, chacune des sept formes possède quatre noms différents. Par exemple, la Forme I ou Shii-Cho, s’appelle aussi la Voie du Sarlacc ou Forme de la Détermination. Même si l’on ignore l’origine exacte de ces noms, la plupart des « fanbases » STAR WARS les connaissent par cœur.

Les formes de combat et leur description.

Voici les descriptions « basiques » des sept formes de combat au sabre laser tels qu’elles sont perçues par l’essentiel des membres de la communauté.

Shii-Cho

La Forme I dite SHII-CHO, ou Forme de la Détermination, ou encore Voie du Sarlacc, est la forme de base et la plus ancienne du combat au sabre laser. Elle se caractérise par des techniques simples et directes, une progression en avant souple et de grands mouvements amples et rapides. Le SHII-CHO est aussi appelé familièrement le « bulldozer » ou « rouleau compresseur ». Il matérialise les prémices du combat au sabre contre sabre mais surtout l’art de dévier les tirs de blaster. Dans certains mouvements techniques, il permet à son utilisateur d’atteindre plusieurs cibles en un seul coup. Pour chaque apprentissage du combat au sabre laser, c’est la première forme enseignée aux apprentis. Tous les Jedi commencent leur apprentissage par cette forme.

Makashi

La Forme II dite MAKASHI, ou Forme de l’Opposition ou Voie de l’Ysalamir, ou encore Méthode du Duelliste a été développée par l’Ordre Jedi quand celui-ci a constaté que le SHII CHO n’était pas assez développé et assez efficace pour les duels au sabre laser. Le MAKASHI se caractérise par un jeu de jambes rapide, une attitude et des postures proche de l’escrime, ainsi qu’une utilisation de l’arme à une main. Le combattant se déplace linéairement mais en utilisant des attaques plus directes et des frappes plus précises.

Soresu

La Forme III dite SORESU, ou Forme de Résilience/Résistance, ou encore Voie du Mynok est souvent considérée et décrite comme uniquement défensive. C’est une forme très efficace caractérisée par une grande économie de mouvements. Généralement, on décrit la pratique du SORESU en imaginant un épéiste dans l’œil d’un ouragan, immobile et calme, tandis qu’autour de lui virevolte la lame de son adversaire. Lorsqu’il pratique cette forme, le Jedi attend généralement une erreur de l’adversaire pour se créer une ouverture et placer une attaque dévastatrice.

Ataru

La Forme IV dite ATARU, ou Forme de l’Agression, ou encore Voie du Hawk-Bat, est une forme de combat au sabre laser très acrobatique, utilisant des tours sur soi-même, des voltes, des sauts aériens dans le but de lancer des attaques continues et agressives sur l’adversaire. Il a été créé par des Maîtres Jedi qui trouvaient le SORESU trop passif. Sa signature, reconnaissable entre toutes, est le « Saber Swarm » (ou Nid de Sabres), une technique qui utilise de multiples attaques très rapides ayant pour but de submerger l’ennemi.

Shien (top), Djem so (bottom)

La Forme V dite SHIEN ou DJEM SO, ou Forme de la Persévérance, ou encore Voie du Dragon de Krayt, est la première forme de combat à combiner plusieurs techniques issues des formes précédentes. Le SHIEN est un courant plus proche du SHII CHO, alors que le DJEM SO est plus centré sur le duel à l’instar du MAKASHI, en plus violent. La forme V se caractérise par l’utilisation des techniques de l’adversaire en les retournant contre lui. Elle l’est aussi par l’usage de la Force, notamment pour le retour des tirs de blaster sur l’opposant. Enfin, le SHIEN ou DJEM SO sous-entend un recours massif à l’utilisation de la force brute pour maîtriser et dominer l’adversaire.

Niman

La Forme VI dite NIMAN, ou Forme de la Modération, ou encore Voie du Rancor, est la forme que les Jedi ont généralement privilégiée lors de la Guerre des Clones. C’est une combinaison de tous les autres formes qui privilégie le meilleur de chacune d’entre elles. Ce qui lui vaut la réputation de « maître de toutes les formes ». Le Jar Kaï ou utilisation de deux sabres laser par le même combattant, est parfois confondu avec elle. Le NIMAN n’est pas nécessairement réalisé avec deux sabres.

Juyo/Vaapad

La Forme VII dite JUYO ou VAAPAD, ou Forme de la Férocité, ou encore Chemin du Vornskr, consiste à utiliser les émotions lors du combat. La version utilisée par les Sith est le JUYO, celle utilisée par les Jedi est le VAAPAD. Dans chacune d’elles, le combattant utilise l’agressivité, la colère et les sentiments bruts lors de l’affrontement, notamment pour augmenter sa force et sa puissance, mais aussi pour déstabiliser son ennemi. C’est une forme rapide et implacable. En combat, le pratiquant peut également se servir de la technique du « Dun Moch » (raillerie).

Voici un aperçu de ce que les sept formes de combat au sabre laser représentent de manière générale et de leurs origines. Pour creuser un peu plus le sujet, il est recommandé de consulter les nombreuses sources présentes sur internet et ainsi obtenir des informations plus détaillées. 

Après avoir aborder les conceptions « traditionnelles » et « populaires » du combat au sabre laser, il convient de préciser que, comme dans le cas de nombreux arts martiaux, dès lors qu’on les applique au monde réel, elles s’en avèrent, rapidement, très éloignées. Pourtant, de nombreux fans essaient de les respecter à la lettre et doivent faire face à de nombreuses incohérences, principalement dues à leur sens « idéologique », pas vraiment applicable en combat. En effet, les formes de combat vues ci-dessus sont idéalisées et n’ont pas été conçues comme une guide de formation, un manuel technique ou une véritable application pratique. Au contraire, elles ont été utilisées comme des mécanismes de jeu, des informations « basiques » visant à enrichir l’intrigue des combats dans un univers purement fictif. Concrètement, les descriptions et interprétations des formes que la majeure partie du public connait, diffèrent à bien des niveaux des réalités d’un combat à l’épée. C’est pourquoi depuis toujours, de nombreux débats existent quant aux détails et aux interprétations des formes décrits et inventés par diverses sources et auteurs. Les controverses se sont multipliés par le manque d’organisation des informations à ce sujet aussi bien dans la littérature, les jeux ou que dans les autres produits créés dans l’univers « Legends ».

Au tout début, lorsqu’il a été question de développer les descriptions de ces sept formes de combat au sabre laser, l’objectif était simplement d’étoffer l’histoire fictive de l’art traditionnel des Jedi. Avec la sortie de la prélogie et en particulier de l’Episode II : Attack of the Clones, dans lequel le Count Dooku, un Jedi d’une autre époque, utilise un sabre incurvé à une main, le concept des formes de combat s’est encore plus développé. L’implication des fans fut immense et la construction d’un monde plus détaillé, autour d’un univers ancien connu de tous, s’est avéré indispensable. C’est grâce à ce renouveau que l’interprétation des sept formes a gagné en qualité et en précision. 

Un monde très vaste.

Ceci est simplement un aperçu de l’univers du combat au sabre laser. Cet article n’est en aucun cas exhaustif. Il permettra simplement à un nouveau venu dans la communauté d’avoir matière à lire et s’instruire sur notre discipline et lui ouvrira des portes vers d’autres recherches.

Au fil des ans, le système TPLA grandi et permet à de nombreuses personnes de se rencontrer pour partager leur passion autour de l’univers STAR WARS. Il propose une méthode d’apprentissage accessible autour d’une arme devenue légendaire, bien que purement fictive. Cette passion commune et la confrontation d’idées qui en découle ont permis de créer une culture très diversifiée. C’est la vraie force et la magie du combat au sabre laser.

Patience, pratique, persévérance.

Happy Sabering!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s